19 Jan, 2020
jeudi, 21 mai 2015 03:18

République Dominicaine/PNRE: L’organisme CVIM se dit préoccupé par la catastrophe humanitaire imminente au terme du programme Spécial

Des participants-es de l'organisme CVIM lors d'une conférence de presse, à Port-au-Prince, le 20 mai 2015 Des participants-es de l'organisme CVIM lors d'une conférence de presse, à Port-au-Prince, le 20 mai 2015 Photo: Josué Michel

Au cours d’une conférence de presse donnée à Port-au-Prince, le 20 mai 2015, la Christian Visionary International Ministry (CVIM) a manifesté ses inquiétudes par rapport au dossier des migrants-es haïtiens qui sont sur le point d’être massivement rapatriés à la frontière à partir du 16 juin prochain.

Des membres de CVIM qui ont réalisé une mission d’observation du Plan National de Régularisation des Etrangers (PNRE) en territoire dominicain du 15 au 22 mai 2015, ont exhorté les deux Etats de l’île à trouver un terrain d’entente afin d’éviter cette catastrophe humanitaire qui se dessine à l’horizon.

Le porte-parole de CVIM, Pasteur Joël Exantus,  a déclaré que  les multiples documents exigés par les autorités dominicaines aux migrants-es haïtiens désireux d’intégrer le PNRE, ne font que compliquer la situation.

Il a cité en exemple l’attestation de résidence qui doit être signée par sept (7) témoins dominicains issus du comité de la zone d’habitation du migrant. Très souvent, ces derniers réclament de l’argent.

Pasteur Exantus a par ailleurs critiqué la lenteur enregistrée dans le processus du Programme d’Identification et de Documentation des Immigrants Haïtiens (PIDIH) qui visait  à doter les ressortissants-es haïtiens de documents, notamment de passeport en vue de leur inscription au PNRE.

De son côté, Mme Esther Dupervil, une américaine d’origine haïtienne, qui est également membre de CVIM, a souligné que les organisations de la société civile haïtienne et dominicaine ont déjà  fait diverses interventions sur le dossier. Il revient à l’Etat haïtien de développer sa propre stratégie pour convaincre les autorités dominicaines à surseoir à toute opération de déportation massive de ressortissants-es haïtiens après la date butoir du 15 juin.

Le Président du Conseil d’Administration du GARR, Philippe Jean Thomas, qui intervenait en la circonstance, a appelé les autorités haïtiennes à prendre toutes les dispositions pour accueillir les éventuelles victimes de rapatriement au terme du PNRE.

Il en a profité pour fustiger le comportement d’un groupe d’ultranationalistes dominicains qui, selon lui, s’apprêteraient déjà à confisquer les biens des migrants-es haïtiens au moment de leur rapatriement. 

Le militant des droits humains a invité les autorités haïtiennes et dominicaines à travailler pour le respect des droits humains sur l’île tout en décourageant les messages ou actions traduisant la haine et la discrimination.

La CVIM est une association chrétienne basée aux Etats-Unis d’Amérique. Elle est composée de représentants-es haïtiens et américains résidant respectivement en France et aux Etats-Unis.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le jeudi, 21 mai 2015 04:15

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle